Signature Gallé - Antiquaires La Maison de Cristal
53713
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-53713,page-child,parent-pageid-53365,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.5,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.4,vc_responsive
 

Signature Gallé

Célèbre maître-verrier, Emile Gallé est reconnu pour son talent dans la fabrication de pièces soufflé multicouches telles que des vases, lampes, coupes ou encore d’autres objets d’art. Précurseur de l’Art Nouveau, cet homme d’exception se place parmi les grands noms du cristal français comme Daum, Baccarat, Lalique ou encore Saint-Louis. Les pièces de la manufacture Gallé connaissent encore et toujours un succès florissant.

Emile Gallé : pionnier de l’Art Nouveau

Reconnu comme étant le pionnier de l’Art Nouveau, Emile Gallé a donné naissance à un mouvement artistique encore jamais vu auparavant. Encore présent aujourd’hui à travers le monde, cet art se retrouve dans la célèbre Casa Battló de Gaudí à Barcelone ou encore les stations de métro parisiens typiques de l’Art Nouveau.

 

L’art Nouveau est majoritairement marqué par des lignes courbes et des volutes, ainsi que de nombreux détails et décors floraux. Souvent associé à des réalisations en relation avec le monde végétal et animal, cet art se remarque par la diversité de couleurs et de luminosité qu’il propose.

vases galle

L’usine Gallée : une disparition brutale

oeuvre artiste galle

Associé aux années 1900, à l’Art Nouveau et à Nancy, Emile Gallé était un maître-verrier d’exception. Né à Nancy, Charles Gallé, père d’Emile Gallé, a rapidement développé une passion pour la verrerie.

Grâce à sa connaissance dans ce domaine, il diversifia l’activité familiale en développant des pièces de verrerie de table. Frustré de devoir commander des pièces aux manufactures parisiennes, il se mettra lui aussi à travailler ardemment pour produire des pièces en verre de couleur, doublées, triplées, taillées et/ou émaillées. Ses efforts porteront leurs fruits puisqu’à partir de 1854, ses créations commencent à connaître un succès important jusqu’à obtenir des commandes de verreries spéciales pour les résidences des « grands » de l’époque.

 

En 1867, Charles Gallé ouvrit un atelier de gravure sur verre à Nancy et diversifia son activité avec la création de faïence. La diversité des techniques utilisées est l’un des points forts de la manufacture qui a contribué à sa renommée mondiale.

Dès son entrée au lycée de Nancy en 1858, Emile Gallé commença à seconder son père. Issu d’une famille d’artistes, Emile Gallé était très doué et passionné par le dessin. En 1864, il fait de sa passion son métier en intégrant l’affaire familiale en tant que dessinateur. C’est 10 ans plus tard, que son père, Charles Gallé, lui confie la direction de son affaire prometteuse.

 

1877 fut marqué par l’essor de l’activité Gallé car elle fut médaillée de bronze à l’Exposition Universelle de Paris. Le développement des techniques et des matériaux poussa Emile Gallé à embaucher plusieurs ouvriers pour répondre aux commandes chaque jour plus nombreuses. A la fois spécialiste de productions en céramiques, bois et verre, Emile Gallé était également surnommé “homo triplex” par son ami Roger Marx. Après sa mort en 1904, sa veuve Henriette Gallé continue à faire perdurer l’activité en proposant de la verrerie et des meubles en bois en accord avec le mouvement artistique de l’Art Nouveau.

L’usure prématurée des fours provoquée par les diverses attaques reçues lors de la Première Guerre mondiale n’a pas mis la manufacture Gallé à genoux. En effet, l’activité a perduré jusqu’à l’année 1936, lors de laquelle les clients se sont plaints du manque de renouvellement artistique qui a contraint l’usine à mettre la clé sous la porte pour raison économique.

vase oeuvre galle

Comment reconnaître un vrai Gallé ?

Les œuvres réalisées entre 1855 et 1870 sont signées “Gallé à Nancy” à l’émail brun ou blanc. Les signatures de l’usine Gallé ont peu évolué en passant de “Gallé à Nancy” à “Gallé Nancy” ou encore “E. Gallé à Nancy”. On retrouve également la signature “E. Gallé” séparés d’une croix de Lorraine, symbole de la résistance.

Pour les pièces présentées lors de l’Exposition Universelle de 1900, on retrouve également “Gallé” ou “Emile Gallé” suivie de 1900., Expo. 1900 ou encore Exposition 1900 ou Exposit. 1900.

La signature est gravée à l’acide d’un trait simple ou double et est apposé sur l’objet en question.

Afin de vous assurer de l’authenticité de l’objet signé Gallé que vous possédez ou souhaitez vendre, n’hésitez pas à faire appel à un expert. La Maison de Cristal, antiquaire en Belgique depuis plus de 25 ans, vous propose un service d’estimation correspondant aux prix du marché. Notre expérience et notre savoir-faire nous permettent de vous assurer une estimation juste. Si vous souhaitez nous rencontrer ou nous contacter, nous vous donnons rendez-vous au 725 Chaussée de Saint-Job à 1180 Bruxelles ou par téléphone au +32 (0)2 353 28 23.

signature oeuvre galle